Publié dans Chroniques

SP: Clara au Guatemala: L’odyssée glamour d’une apprentie globetrotteuse de Sophie Rouzier

Bonjour à tous ! Je vais commencer ce SP en faisant mes plus plates excuses à l’auteur qui attendait ma chronique pour la sortie de son livre le 16 juin. Des événements imprédictibles me sont tombés sur le coin du nez et ont chamboulé ma vie pendant près d’un mois. À croire qu’il y a une loi universelle disant que c’est au mois de juin qu’il faut emmerder le monde !

Bref… Autant vous dire que ce voyage avec Clara au Guatemala a été plus que le bienvenu au milieu de mes déboires !

Service Presse :

« Clara au Guatemala: L’odyssée glamour d’une apprentie globetrotteuse » de Sophie Rouzier, en Auto-édition.

. Impression Générale :

Avec ce livre, je me suis engagée hors de ma zone de confort. Je ne suis pas du tout une lectrice de chick-lit à la base (J’ai fermé « Le Journal de Bridget Jones » au bout de 20 pages). Je dois donc avouer que ce fut une bonne surprise. Il y a bien quelques endroits où je me suis dit « Ah non, pas ce cliché-là ! », mais l’auteur les retourne habilement et on arrive au bout de cette histoire sans s’en rendre compte.

. Qui est l’auteur ?

Sophie Rouzier est une auteure de chick lit globetrotteuse.
Après des études de langues étrangères appliquées, des séjours et stages en Irlande et Allemagne, elle suit le grand Amour pour poser ses valises à Munich. La vie d’expatriée et les voyages en tout genre lui donnent encore plus l’envie de courir le Monde et de faire partager aux lecteurs à travers ses personnages des anecdotes de voyage mais aussi découvrir de nouvelles cultures.

. Résumé :

“Clara, Clara, Clara, qu’est-ce qu’on va faire de toi!“ Cette phrase Clara l’a déjà entendue des millions de fois, que ce soit de la bouche de son patron, de ses parents ou même de ses amis. Elle ne sait que faire de sa vie. Un jour, elle est pigiste pour un magazine féminin, le lendemain serveuse dans un bistrot. Quand trouvera-t-elle sa voie? Quelle est sa destinée? C’est lorsque sa tante Flor lui parle de ses origines guatémaltèques que Clara n’a plus qu’une idée en tête: partir au Guatemala pour découvrir l’histoire de sa famille! Un événement troublant a obligé ses grands-parents à fuir leur pays. Pourquoi sa mère rejette-t-elle tout ce qui a trait à ses origines? Pourquoi personne ne s’est donné la peine de lui apprendre l’espagnol? Accompagnée de ses deux acolytes Matthew et Clay, elle va mener une enquête qui va les conduire à la capitale de Guatemala City, dans la jungle de El Mirador mais aussi dans la superbe ville coloniale d’Antigua. Entre secrets de famille et histoires d’amour, bronzette et rando, nouvelle culture et découverte de soi, Clara va en vivre des aventures, sans perdre pour autant son côté glamour!

Mon Avis :

. En général

Voilà un roman parfait pour l’été. Pas de prise de tête existentielle (pour le lecteur en tout cas!), une histoire qui se lit toute seule et un style très moderne, écrit un peu à l’emporte pièce, comme si les pensées étaient jetées sur le papier sur le vif du moment, ce qui donne un dynamisme très intéressant.

Néanmoins, une fois le livre fermé, je regrette que l’enquête suivie par Clara et qui l’amène au Guatemala ne soit pas plus approfondie. Après ce n’est pas un roman de Dan Brown, bien qu’il me faille avouer que c’est ce côté-ci du roman qui m’avait intéressée en premier lieu.

Et bien que je déteste vraiment l’écriture à la première personne, l’auteur s’en sort plus tôt bien.

. Les personnages :

Les personnages en général sont plutôt bien menés.

Clara : C’est, évidemment, le personnage principal de l’histoire. J’ai beaucoup aimé son côté « blogueuse mode » avec son amour pour les chaussures et les belles fringues, sans pour autant que ce soit une gamine écervelée, qui fait les choses sans réfléchir deux minutes aux conséquences. Une femme moderne qui se cherche, sans pour autant faire absolument n’importe quoi, comme on peut en voir souvent dans ce genre de littérature.

Clay : C’est l’amoureux… Un type bien, la tête sur les épaules, qui se cherche encore un peu après ses études et qui se demande ce qu’il va faire dans la vie. Tout comme pour Clara, si on part un peu sur du cliché au départ, on s’en éloigne rapidement pour se trouve face à un type qu’on pourrait rencontrer un jour au détour d’une balade à vélo. Ce mec ? Il existe ! C’est vraiment agréable de rencontrer des personnages qui ne sont ni parfaits, ni tellement torturés qu’ils n’en sont pas crédibles pour un sou.

Matthew et Rita : La paire d’amis… Lui est le meilleur ami de Clay, elle devient l’amie de Clara.

Beaucoup moins envahissants que dans bon nombre de livres, les deux amis ont l’éternel rôle du garde-fou. Matthew pousse Clay à aller vers Clara tandis que Rita, loin de cliché de la riche emmerdeuse-entremetteuse, est une confidente pour la jeune femme.

Je regrette juste un peu qu’on ne s’attarde pas trop sur ces deux-là, mais ce n’est pas le sujet de l’histoire.

Alejandro : Le dernier angle du trio amoureux. Je dois avouer qu’il est ma seule déception en termes de personnage. Trop cliché à mon goût : il est beau, il est ténébreux, il est mystérieux, il est torturé… Je pense que ce dernier aurait mérité d’être plus travaillé.

. L’histoire

L’auteur prend le temps de nous présenter Clara et les raisons qui la pousse à entreprendre ce voyage inopiné vers le Guatemala d’où sa mère et sa tante sont originaires. On découvre ensuite, avec beaucoup de plaisir ce pays. De nombreuses cartes aident le lecteur à suivre les tribulations de notre globe-trotteuse. Je tiens à souligner que l’auteur fait preuve de beaucoup de culture, qu’elle distille avec intelligence et efficacité. On en apprend beaucoup sur ce pays (que je ne connaissais pas du tout), sur ses traditions et sa manière de vivre. Rien que pour cela, si le Guatemala vous intéresse, cela vaut le coup de le lire !

On prend aussi beaucoup de plaisir à suivre Clara dans la découverte de l’histoire de sa famille, bien que je regrette que ce ne soit pas plus approfondi.

Conclusion :

Un bon premier livre qui n’est qu’un 1er tome, mais dont l’histoire se suffit amplement. Pourtant, je pense que l’auteur a fait une erreur en l’écrivant ainsi. L’histoire est vraiment intéressante et les personnages attachants et un traitement plus romanesque aurait beaucoup apporté à son propos. Ce livre aurait largement sa place dans la littérature générale, si ce n’était l’écriture à la première personne et ce style propre à la chick-lit.

En tout cas, elle aura réussi à accaparer mon intérêt (ce qui était loin d’être gagné) et me voilà à vous poser une question, cher lecteur : vous êtes plutôt « Team Clay » ou « Team Alejandro » ?

Lien Amazon: Clara au Guatemala: L’odyssée glamour d’une apprentie globetrotteuse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s